"N’écris pas sur Twitter ce que tu ne dirais pas à l’antenne"

Je reprends ici deux éléments d’un article excellent de Alice Antheaume sur http://www.slate.fr/ :
Journalisme et réseaux sociaux: 8 tendances venues des Etats-Unis

Il y a un an, les rédactions anglo-saxonnes on ré-écrit leur charte déontologique pour statuer sur la posture journalistique à tenir sur les réseaux sociaux.

  • Le New York Times interdit alors aux rédacteurs du pôle «news» d’écrire des messages trop «éditorialisants» sur les réseaux sociaux, afin de ne pas empiéter sur le territoire du pôle «opinions». 
  • Reuters préconise que ses journalistes se créent deux comptes distincts sur Twitter. L’un à usage professionnel, «pour agréger de l’information et construire un réseau», l’autre à usage personnel, où les journalistes doivent indiquer qu’ils travaillent à Reuters, mais que leurs messages ne reflètent pas l’avis de leur employeur et où ils n’écrivent rien qui puisse être dommageable à leur employeur.

Chez Twitter, qui ne fait pourtant pas partie des éditeurs, on réfléchit avant de tweeter
«Ne dites par sur les réseaux sociaux ce que vous ne diriez pas à l’antenne/à l’écrit.» 

En témoigne un tableau, accroché dans le hall du réseau social, situé à San Francisco, qui martèle «google before you tweet, think before you speak» (faites une recherche sur Google avant de tweeter, réfléchissez avant de parler).

Les enseignements à tirer de ces exemple sont simples : 

  • On ne tweete pas n’importe quoi ou n’importe comment.
  • On sépare son activité personnelle et professionnelle sur les réseaux sociaux (2 comptes twitters, ou 2 comptes facebook).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :