Pédagogie, Mooc « Learn Moodle basics »

de | 29 janvier 2018

Mooc Learn Moodle 3.4 Basics, quatrième semaine.

Mooc Learn Moodle basicsCe Mooc est utile, agréable et très bien construit. Depuis le début, comme je le souhaitais, j’apprends le vocabulaire anglais de Moodle.

Comme je le voulais aussi, je découvre des modes d’utilisation de certaines fonctionnalités de la plateforme que je ne connaissais pas très bien, où que j’utilisais maladroitement.

Et je me fais plaisir dans ce Mooc !

C’est un Mooc où l’on échange avec d’autres, où l’on est acteur de ses apprentissages, où l’on « crée ».

Par exemple, nous avons eu à créer un cours pour les autres participants. Nous sommes environ 7500 participants, et ce ne sont que quelques un des participants francophones qui regarderont mon cours, comme je regarderai ceux de quelques autres, mais j’aurais travaillé avec mes « pairs » dans le Mooc, pas seulement répondu à des quizz.

Le plaisir dans ce Mooc vient aussi du fait qu’il met en oeuvre la « philosophie pédagogique » qui sous-tend Moodle et que j’essaie de mettre en oeuvre et de promouvoir : le socio-constructivisme.

Socio-constructivisme

Voici une façon de décrire le socio-constructivisme que j’apprécie, elle est extraite des propos de Martin Dougiamas, créateur de la plateforme MOODLE :

Martin Dougiamas

Martin Dougiamas

Nous sommes tous des enseignants potentiels autant que des apprenants ; dans un environnement réellement collaboratif, nous sommes les deux. Cette perspective nous aide à garder de l’humilité en tant qu’enseignant et combat notre (très naturelle !) tendance à consolider la totalité de notre parcours et à prendre la position vénérée de « sage source de la connaissance ».
Cette affirmation nous aide à garder les yeux grands ouverts sur les opportunités permettant aux autres participants de notre situation d’apprentissage de partager leurs idées avec nous, à nous rappeler de les écouter attentivement et à poser de bonnes questions qui portent de plus beaux fruits que d’autres.

Nous apprenons particulièrement bien en créant ou en exprimant quelque chose à l’attention d’autres personnes.
Pour la plupart d’entre nous, c’est classiquement « apprendre en faisant ». Même si c’est évident, cela vaut la peine de le rappeler.

Il est surprenant de voir à quel point l’enseignement en ligne se compose encore souvent de présentation statique d’informations, donnant peu de place aux apprenants pour qu’ils pratiquent les activités qu’ils sont en train d’apprendre.
Je vois souvent des enseignants en ligne préparer avec grand soin et beaucoup de temps de parfaites ressources pour leurs cours, ce qui est sans aucun doute une excellente expérience d’apprentissage pour eux-mêmes, mais qui enlève à leurs étudiants cette même expérience. Même les manuels y arrivent souvent mieux, avec des exercices après chaque chapitre.

Plus important encore, cette pédagogie est la plus efficace quand vos messages, projets, devoirs, constructions, etc… sont visibles des autres. Vous vous mettez alors davantage en situation de risque, impliquant une plus grande réflexion, davantage de relecture, permettant un meilleur apprentissage.

Nous apprenons beaucoup, simplement en observant l’activité de nos pairs.

Cela concerne la “culture de classe”, ou l’apprentissage par osmose. Les humains savent s’observer entre eux pour apprendre quoi faire dans une situation donnée en fonction d’indices donnés par les autres.

Si vous vous trouvez dans une classe où on pose des questions tout le temps, alors il est probable que vous vous sentirez plus libre de faire de même. En faisant cela vous apprendrez à la fois sur le sujet lui-même et sur le méta-sujet de comment l’apprentissage s’est produit en entendant les discussions de vos pairs et les types de questions qui se sont posés, conduisant à une immersion plus riche et multi-dimensionnelle dans l’apprentissage.

Comme vous l’avez probablement appris par expérience, les conseils d’un mentor ou d’un ami peuvent fournir une meilleure situation d’apprentissage, plus opportune et personnalisée qu’avec quelqu’un qui ne vous connait pas et s’adresse à une centaine de personnes.

Si on appréhende correctement l’environnement des personnes à qui l’on s’adresse, alors on peut adapter son langage et la présentation des concepts de façon plus adaptée à son auditoire. Vous pouvez utiliser des métaphores qui « parleront » à votre public. Vous pouvez utiliser un jargon lorsque cela aide, ou au contraire l’éviter si cela perturbe.

C’est encore une idée simple – tous les guides pour s’exprimer en public indiquent qu’il faut connaître son auditoire – mais dans l’apprentissage en ligne nous avons besoin de l’avoir particulièrement présent à l’esprit parce que souvent nous n’avons jamais rencontré ces individus en personne et n’avons guère accès à des indications visuelles ou auditives.

Un environnement d’apprentissage doit être flexible et adaptable, afin de répondre rapidement aux différents besoins de ses utilisateurs.

En combinant tout ce qui précède, si, pour faciliter l’apprentissage, vous souhaitez tirer parti des connaissances croissantes de vos apprenants, en leur donnant des occasions de partager des idées, de poser des questions et d’exprimer leur savoir, alors vous aurez besoin d’un environnement qui soit flexible, dans le temps et dans l’espace.

Si vous découvrez que vous devez jeter votre planning par la fenêtre car les participants n’ont pas le niveau escompté pour lequel vous avez créé le cours, vous devriez pouvoir réajuster votre planning, et facilement ajouter de nouvelles activités afin d’aider tout le monde (ou juste un groupe) à rattraper. De même, de grandes idées concernant une simulation ou quelque chose d’autre pourraient émerger durant les discussions, c’est pourquoi vous devriez pouvoir les intégrer ultérieurement dans le cours.

Je vais bientôt quitter ce Mooc pour un autre

Chaque Mooc me mobilise de 4 à 10 heures dans la semaine, tous ne sont pas aussi prenants que celui-ci.

Le prochain est aussi lié à la pédagogie. Le précédent, le Mooc des Gobelins, traitait du tournage et du montage de vidéos.

Internet est vraiment une formidable opportunité pour apprendre !

The following two tabs change content below.
Après des études plutôt courtes et quelques années dans l'industrie, j'ai dirigé des hôtels clubs à l'étranger pendant une douzaine d'année, puis formé des adultes au sein de l'AFPA durant une vingtaine d'année. Ce parcours professionnel et de nouvelles études m'ont apporté des compétences très variées et complémentaires dans le tourisme, la formation professionnelle et les usages du numérique. J'assure maintenant des interventions de type formation/action/conseil sur les thèmes suivants : utilisation du web social, formation en environnement numérique, apprentissage collaboratif, animation d'un espace public numérique, gestion et communication d'une offre touristique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.